Les monades urbaines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les monades urbaines

Message par Haroun 6259 le Ven 22 Sep - 15:50

Jai lu plusieurs fois ce classique de la S.F.
 Ces gens vivent dans ce qui est censé être le meilleur des mondes, ces gigantesques gratte-ciel ( 1000 étages ! ) .
 Liberté sexuelle totale - du moins pour les maris, pas pour les femmes qui ne peuvent se refuser à personne, mais qui sont déconsidérées lorsqu'elles-mêmes cherchent un partenaire sexuel pour la nuit.
Leur credo et leur loi : "croissez et multipliez-vous !" , la contraception un péché abominable.  Les drogues excitant la libido sont présentes partout .Mais certains habitants ne s'adaptent pas à la vie de ce qui est un grand clapier, et ces "anomos", qui se rebellent contre l'ordre établi, qui veulent sortir de ce gratte-ciel, ou qui refusent une nouvelle grossesse, sont exécutés. Certains sentiments bassement humains réapparaissent : la jalousie, l'ambition, l'amour....Certains personnages se rendent compte que les promenades sexuelles nocturnes sont en quelque sorte une obligation, qu'ils vivent dans un gigantesque clapier.
Au fur et à mesure du récit, en suivant les destins de chaque protagoniste, on se rend compte que les "anomos" ne sont pas si rares, et l'aventure de l'un d'entre eux, qui réussit à sortir du bâtiment pour aller visiter l'une des communautés rurales ( il en faut pour produire la nourriture des 75 milliards d'habitants qui peuplent la Terre ! ) , se termine tragiquement.
Ces communautés rurales pratiquent un tout autre mode de vie : contraception absolue, relation sexuelles extra-conjugales interdites, limitation stricte de la population...


Je voudrais émettre une remarque négative : ces "monades" d'une hauteur de 3000 mètres doivent peser des millions de tonnes , ce qui doit mettre à mal le terrain sur lequel elles sont construites : glissement de terrain, peut-être fracture de la croute terrestre ? Or, Silverberg ne donne pas d'explications sur la construction de ces gratte-ciel, de même qu'il ne donne pas de renseignements sur les dimensions en largeur, sur les équipements "commerciaux". Il se contente de dire que la monade est divisée en 25 "cités" de 40 étages chacune, et qu'il est plutôt mal vu de fréquenter les habitants d'une autre cité que la sienne.
Autre remarque : les personnages de ce roman sont presque tous étonnamment jeunes, pubères à 9 ans, mariés à 12 ans. Les familles comptent en moyenne 8 à 10 enfants. De mémoire, Sygmund, à l'âge de 14 ans, est déjà promis à un bel avenir et est père de famille; Charles Mattern, 23 ans, est socio-computeur et n'a "que " 4 enfants. Mais, logiquement, il doit bien y avoir des vieux ? Or, l'auteur n'en parle nulle part.
Enfin, étant donné la copulation à tout-va et l'interdiction absolue de contraception, comment les pères de famille peuvent-ils savoir que les enfants de leurs épouses sont bien les leurs ? J'ai dit " leurs épouses" au pluriel car il semble bien qu'un homme puisse être bigame ( c'est dit dès le début du roman )


En tout cas, un livre à lire

Haroun 6259

Messages : 189
Date d'inscription : 27/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum