L’agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu, lundi 20 novembre, qu’une concentration « extrêmement élevée » de ruthénium 106, un produit de fission issu de l’[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], avait été détectée fin septembre dans plusieurs régions de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Moscou démentait jusque-là toute implication.